artmelioration handicap maquettes navales

artmelioration-handicap-bordeaux

maquette navale - Artmelioration handicap Bordeaux

Le travail des “Compagnons de la Lime”

Pourquoi ce nom ? Tout simplement à cause de l’impossibilité des compagnons (les membres de l’association) à saisir et utiliser des appareils électriques. C’est pourquoi ces arpètes ont opté pour ne se servir que de limes et autres outils manuels.

Schéma d’élaboration d’une maquette, dite classique et statique

Le participant réfléchit, seul ou avec les suggestions de l’animateur, sur un projet de construction dans quel que domaine que ce soit (bateau, avion, maison, gîte, lutrin…).

Cette étude permet de faire des recherches personnelles sur différents supports mis à sa disposition: Internet, série de plans, livres, films, revues techniques..)

Ce Compagnon entreprend la construction de sa maquette en photocopiant les couples, la quille, puis les découpe et les colle sur des panneaux de contreplaqué (travail aux ciseaux, bâton de colle, précision du geste…), quel que  soit le domaine (bateau, avion, maison, gîte, lutrin…).

Cette étude permet de faire des recherches personnelles sur différents supports mus à sa disposition: Internet, série de plans, livres, films, revues techniques..)

Si cela est possible, l’artisan découpe les couples avec une scie à chantourner manuelle. Sinon, l’intervenant le remplace ; cela autorise de conjuguer ses travaux avec une autre personne valide.

Puis, ces pièces sont mises dans des étaux, préalablement positionnés sur un plan de travail approprié à la pathologie de la personne, pour être limées.

La procédure est la même pour la quille, en y ajoutant des encoches pour l’encastrement des couples.

Ces éléments confectionnés, l’animateur exécute l’assemblage (toujours à cause du manque de force dans les mains) de toutes les pièces, y compris le bordé. Le ponçage, le limage et le masticage sont effectués par le Compagnon. Il enchaînera par la peinture acrylique et la manufacture du gréement .Les essences, principalement employées : samba, balsa, hêtre, ramin, parfois du poirier ou noyer..

Les voiles sont découpées dans des chemises de “vieilles grands-mères”.

Il ne reste plus qu’à les exposer lors des manifestations agencées par d’autres associations, communes…

Ci-contre, une flottille de “Yatrodo”, personnalisée.